lundi 25 septembre 2017

Le changement climatique pourrait affecter la valeur nutritive des aliments

Un article publié dans The Agenda révèle un autre aspect ignoré du changement climatique. Alors que le café et le blé sont menacés, que les sécheresses affectent de plus en plus les terres arables et que l'agriculture devra se déplacer vers le nord, où la qualité du sol est beaucoup plus faible et limite les rendements, les niveaux croissants de dioxyde de carbone rendraient les plantes moins nutritives.

En 1998, lors d'une rencontre avec des biologistes, Irakli Loladze a découvert qu'on pouvait faire croître les algues en les éclairant, mais que le zooplancton qui dépendait des algues était, étrangement, de la difficulté. Irakli Loladze s'est rendu compte que ce problème pourrait être plus important et qu'il pourrait nuire aux cultures essentielles à l'alimentation humaine et à la nutrition. Les plantes reçoivent trop de dioxyde de carbone.

En 2014, il a publié un article qui a examiné 130 variétés de plantes et a constaté que la concentration de calcium, de magnésium, de potassium, de zinc, de fer et d'autres minéraux a diminué en moyenne de 8 pour cent.De plus, d'autres chercheurs ont publié une étude dans laquelle ils ont estimé qu'en l'an 2050, 150 millions de personnes pourraient être à risque de carences en protéines et que 1 milliard de mères et 354 millions d'enfants vivent dans des pays où le fer alimentaire pourrait diminuer considérablement. 

Ce billet vous a plu? N'oubliez pas de vous inscrire à mon infolettre.

Par respect pour le temps et le travail des blogueurs, citez vos sources. Merci.
 


Photo © Amcaja