mercredi 1 mars 2017

Muslim Ban et la route des épices



Bien que l'interdiction de l'immigration soit présentement suspendue, son avenir incertain commence déjà à avoir des répercussions sur le commerce des épices. Selon Lior Lev Sercarz, propriétaire de La Boîte, un commerce consacré aux épices, une interdiction de l'immigration risque de conduire à une interdiction plus large comme on l'a vu avec l'Iran, où les produits ne sont tout simplement pas autorisés à être importés aux États-Unis, ce qui pourrait conduire à la diminution des stocks d'épices ou des hausses de prix pour les consommateurs.

En 2016, les États-Unis ont importé plus de 500 000 tonnes d'épices pour une valeur de 1,9 milliard de dollars. Plus de 80 pour cent de l' approvisionnement américain épices proviennent d'autres pays .

De plus, avec l'interdiction de voyager, les courtiers d'épices voyageant habituellement entre les États-Unis et les pays en question par affaires pourrait être interdit de le faire.Selon Tom Erd, propriétaire de Spice House, les courtiers se déplacent constamment d'un pays à l'autre pour parler aux producteurs, aux agriculteurs, aux expéditeurs, l'interdiction rendra le commerce plus difficile.

Bien au-delà du commerce des épices, l'interdiction de l'immigration aura un impact sur la cuisine, la culture et l'ouverture sur le monde.

Ce billet vous a plu? N'oubliez pas de vous inscrire à mon infolettre.

Par respect pour le temps et le travail des blogueurs, citez vos sources. Merci.



Photo © Glen Edelson

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire