dimanche 6 novembre 2016

Le Seelbach cocktail, l'histoire d'une légende qui n'existait pas

Le Seelbach cocktail fut baptisé d'après le Seelbach Hotel (aujourd'hui le Hilton Seelbach), un logement centenaire centenaire au centre-ville de Louisville, Kentucky, est mentionné brièvement dans "The Great Gatsby. Le Seelbach hotel été fondé par deux frères immigrants allemands, Louis et Otto Seelbach et a ouvert ses portes le 1 mai 1905. Ce célèbre hôtel fut visité par de nombreux présidents, des groupes de musique primés, des célébrités hollywoodiennes, et bien d'autres, y compris le célèbre gangster américain Al Capone et l'auteur F. Scott Fitzgerald, qui fréquentaient le
Rathskeller, un bar secret ouvert durant la période prohibition.


Une fois engagé par l’hôtel devenu Steelbach Hilton, le barman Adam Seger déclare avoir découvert une recette pour un cocktail pré-prohibition connu autrefois comme étant la signature de l'hôtel. Il l'a testé, l'a aimé et l'a mis au menu.

Le Seelbach cocktail fut alors considéré et encensé comme un classique sauvé, charmant les écrivains et les amateurs de cocktails depuis des années. Il fut repris dans le «New Classic Cocktails», un livre de 1997 par Gaz Regan et Mardee Haidin Regan ainsi que dans «Vintage Spirits and Forgotten Cocktails», une référence de l'historien des boissons Ted Haigh, connu sous le nom Dr. Cocktail, sauf que dans les faits, la légende n'était que supercherie.


L'histoire du Seelbach cocktail a vu le jour quand Adam Seger a poussé ses recherches sur l'histoire de l'hôtel. Ils ont trouvé de vieux menus mais aucun cocktail. 


Il a créé un cocktail, il ne restait plus qu'à créer la légende l'entourant. Avec les années, la légende est devenue l'histoire d'un couple de la Nouvelle-Orléans en lune de miel à l'hôtel en 1912. L'homme commanda un Manhattan, la femme un cocktail de Champagne. Le barman maladroit mélangea les deux et le Seelbach cocktail vit le jour.


Ce billet vous a plu? N'oubliez pas de vous inscrire à mon infolettre.

Par respect pour le temps et le travail des blogueurs, citez vos sources. Merci.

Photo ©Matthias Friedlein

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire