jeudi 24 mars 2016

Réchauffement climatique, vignoble et agriculture


Depuis que j’aborde les sujets comme l’environnement et le réchauffement climatique sur ce blogue, je reçois souvent des invitations à assister à des conférences sur le sujet. À chaque fois, la juriste qui reste en moi, est surprise de constater à quel point l’aspect légal du sujet est ignoré. Pourtant, les différents paliers gouvernementaux ont des responsabilités, certaines lois et règlements encadrent la pratique. Il serait intéressant d’entendre des avocats spécialisés dans le domaine sur le sujet. Je pense notamment à Me Yvan Biron, que j’avais croisé dans mon ancienne vie juridique et revu à titre conférencier à l’École du Barreau, même Gowling WLG, qui offre des services en droit de l'environnement.

Le réchauffement climatique est en train de modifier nos habitudes alimentaires. Comme le souligne une étude récente, le changement climatique transforme les vignes en terres arides. Un des auteurs de l’étude, Benjamin Cook, affirme qu’un été plus chaud que la moyenne peut devancer les vendanges alors qu’avant les années 1980, seule une canicule exceptionnelle permettait de le faire. Selon M. Cook, il est probable que le réchauffement soit si fort et les vendanges si précoces que les effets soient au contraire négatifs sur la qualité du vin. Certains cépages seraient même exposés au risque d’être balayé de la production.

De plus, comme je le soulignais plus tôt, The Guardian a révélé, l’automne dernier que la bière belge subissait les effets d'un automne trop chaud obligeant les brasseurs belges à suspendre la production et se mettre en attente d'une météo plus fraiche, puisque la tradition repose sur le fait que les brasseries laissent leurs bières refroidir à l'air libre, normalement à la fin d’octobre. La période de brassage est écourtée d'année en année et le brasseur dit craindre, à long terme, pour l'entreprise.

Le réchauffement climatique entraine aussi des conséquences plus au nord. En effet, depuis quelques années, le réchauffement climatique permet l’agriculture dans ces régions. Aussi, le régime alimentaire de nombreux peuples autochtones de l'Arctique est en train de se transformer. Les Inuits, traditionnellement carnivores consomment maintenant plus de céréales et de légumes. L’entrepreneur Nathan Lawlor souhaite construire une série de serres dans la communauté de Pangnirtung Nunavut, qui produiront plus de 3000 livres de fruits et de légumes par an. À Inuvik, une communauté située dans les Territoires du Nord du Canada, une arène de hockey ancienne a été transformée en une serre multi-niveau produit avec succès des légumes depuis plus d'une décennie. Et à Iqaluit, une serre communautaire beaucoup plus petite produit tomates, poivrons, épinards, chou frisé, radis et carottes.  

Bref, un temps de réflexion s'impose.


Par respect pour le temps et le travail des blogueurs, citez vos sources. Merci.


Photo © Kharker


 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire