dimanche 24 avril 2016

Le Live Streaming modifie notre rapport avec les shows de cuisine



Depuis quelques années, notre rapport avec les shows de cuisine a évolué. Plusieurs cuisiniers amateurs et/ou anonymes ont pris d’assaut YouTube et ont construit des chaines entièrement consacrées à la cuisine, se retrouvent des millions d’abonnés, Mukbang est un des plus récents phénomènes. YouTube a contribué à démocratiser l'émission de cuisine en donnant aux professionnels et aux amateurs la chance de télécharger leurs propres shows. La soudaine popularité des plateformes de streaming pousse le phénomène encore plus loin. Par leur interaction un peu plus poussée, Vine et Periscope, ont vu leurs auditoires croître de façon exponentielle au cours des derniers mois, en particulier auprès des millennials. Notons que Twitch attire actuellement 8,5 millions d'utilisateurs actifs quotidiens d’après les données compilées depuis janvier ici 2016.

le Live Streaming semble apoorter aux millenials l'authenticité qu'ils recherchent, en particulier en ce qui concerne la cuisine. Selon Vijay Karunamurthy, CEO de Nom, (une plateforme entièrement consacrée aux foodies, en collaboration avec Steve Chen, de YouTube), leur popularité repose sur le fait que le streaming permet la possibilité de partager en temps réel. Une expérience se rapprochant des convives autour de la même table. Sensiblement similaire à Twitch, les téléspectateurs de Nom peuvent interagir avec la personne animer une émission en direct en bavardant avec lui. Plusieurs grandes entreprises investissent dans le phénomène de diffusion en direct. Plusieurs chefs se tournent maintenant vers leurs pages Facebook dans le but d’interagir avec leur abonnés via  Facebook Live. Bref, le fait de voir des compagnies se tourner de plus en plus vers les plateformes de streaming est un sérieux indice qu'ils vont changer radicalement la façon dont nous regardons le contenu des shows de cuisine.

Par respect pour le temps et le travail des blogueurs, citez vos sources. Merci.




Photo © Park Seo yeon
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire