lundi 1 février 2016

La gourmandise et le gaspillage alimentaire



J’ai fait le défi de viser le zéro déchet.  J’y suis presque, mais il reste encore beaucoup de chemin à faire. Cependant, l’exercice me permet de découvrir l’ampleur du gaspillage alimentaire. Selon le Value Chain Management,  1/3 de la nourriture dans le monde est jetée annuellement. Au Canada, c’est 40% des aliments produits qui sont gaspillés annuellement.  Comme le révélait Explora, chaque année une famille moyenne jette 123 kg de fruits et légumes, 16 kg de viande et 30 litres de lait!

Je dois vous avouer que j’ai commencé l’exercice par gourmandise. J’étais bien consciente de l’importance de diminuer les déchets mais je ne réalisais pas l’ampleur. Pourtant, je vous une nette différence, tant au niveau du coût que de la qualité de vie.

Moins de déchets

Le bac de poubelle n’est plus rempli mais je constate aussi que ratons laveurs, moufettes et autres voisins gourmands ne s’intéressent plus au contenu

Le coût et le temps

Beaucoup d’argent dépensé. Je vais à l’épicerie que pour le lait, le pain. Je passe aussi beaucoup moins de temps à chercher ce que je pourrais manger pour les repas. Et je ne parle pas de manger des «restants» pendant 2 semaines, je parle de réinventer ce qu’on a sous la main.

Festin

C’est le mot qui me vient en tête, vraiment. Je mange bien, je mange mieux. Souvent, le midi, je mangeais en coup de vent, même au déjeuner. Maintenant, j’ai des repas beaucoup plus recherchés.

Concrètement, ca veut dire quoi?

Je vais vous résumer un peu ma semaine. Il me restait des poivrons, des aubergines. J’ai préparé un Avjar que je mange au déjeuner. Ca m’a pris 15 à 20 minutes, pas plus.  J’ai mangé un poulet à la portugaise.  J’ai gardé le reste pour un bouillon fait durant la nuit à la mijoteuse et un club sandwich au souper, avec frites assaisonnées de poudre de tomates. Pour la soirée, j’ai grignoté des croustilles de pelures de pommes de terre. Le lendemain, un rôti de bœuf avec purée de betteraves au feta. Le jour suivant, une entrée de soupe aux pois avec le jambon aux figues, puis un « pâté chinois» faites de bœuf et de purée de betteraves.  Je ne m’offrais jamais  2 services à un même repas. Maintenant oui. Cette semaine? Un porc effiloché avec le reste de poireau qui traine dans le frigo, cuit avec une confiture de pêches mise en conserve cet été.

Le gaspillage alimentaire est plus qu’une prise de conscience, c’est un mode de vie et croyez ca prend peu de temps.  J’ai plus de temps pour moi, je dépense moins et je mange mieux.

Par respect pour le temps et le travail des blogueurs, citez vos sources. Merci 



Photo ©Love Food Hate Waste NZ
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire