dimanche 29 novembre 2015

Campagne de sensilisation pour baisser le son en restauration



Le milieu de la restauration serait-il en train de changer? Du moins, une campagne de sensibilisation espagnole semble le souhaiter. En effet,  comme le rapportait Munchies, Oir Es Clave, un organisme à but non lucratif espagnol qui venant en aide aux personnes ayant une déficience auditive, a lancé une campagne intitulée «Comer  sin ruido," ou "Dînez calmement" pour lutter contre le bruit excessif dans le restaurant.

Ce mouvement a pris de l’ampleur au point que Ramón Freixa, chef à Madrid, titulaire de deux étoiles Michelin et Relais et Château abonde dans le même sens en affirmant que la astronomie est une expérience des sens, et le bruit peut nuire à ce plaisir.

Il semblerait que le bruit soit vraiment un problème que rencontrent plusieurs villes. Le New York Times a mesuré en 2014 les niveaux de décibels dans de nombreux restaurants autour de la ville. Parmi les restaurants testés, le bruit enregistré était  similaire ou aussi fort que les tondeuses à gazon (96 décibels), perceuses électriques (94 décibels) et une locomotive (84 décibels). Une terrasse a enregistré 96 décibels sans même jouer de la musique.

Que souhaite Oir Es Clave?  Limiter l’accès du son de la rue dans le restaurant, séparer davantage les tables,  sensibiliser les clients à parler moins fort ainsi que des chaises avec des coussins absorbants et pattes feutrées. Il souhaite également que le bruit soit  considéré dans l’évaluation des étoiles Michelin


Photo © Kanantasov

1 commentaire:

  1. En France ils feraient mieux de l'établir cette sensibilisation car nous allons de moins en moins au restaurant même les plus huppés, à cause de ce bruit qui empêche d'être serein et de dîner tranquillement. Rien ne vaut un petit apéro chez soi devant la cheminée suivit d'un repas préparé à l'avance par la maîtresse de maison, en l'occurrence moi ! Nous allons plus souvent le midi pour manger on va dire, donc se nourrir et non se détendre. Ceci est mon avis après...

    RépondreSupprimer